Touche pas à mon riz !

20 05 2009

main-basseBayer, le géant allemand de l’agrochimie, a développé un riz GM, tolérant à de fortes doses d’un herbicide toxique, le « glufosinate ». Cet herbicide est considéré si dangereux pour la santé humaine et l’environnement qu’il va être prochainement interdit en Europe.

Dans les semaines à venir l’Union européenne doit décider si ce riz GM sera autorisé en Europe, mis en vente dans nos supermarchés et ainsi se retrouver dans nos assiettes. Si l’Union européenne l’autorise, les agriculteurs aux Etats-Unis et dans d’autres parties du monde seront incités à le cultiver.

Les portes pour une contamination généralisée de notre alimentation seraient alors grandes ouvertes.

Signez maintenant l’appel contre le riz GM qui sera remis dans les semaines à venir à la Commissaire européenne à la santé Androulla Vassiliou !





Se méfier du bio….et surtout des idées reçues !

19 05 2009

Le marché du bio est porteur et progresse de 10% chaque année.

De quoi en énerver certains qui s’évertuent à penser que le BIO n’est qu’une campagne marketing rondement menée par des industriels avides et sans scrupules.

Certes il est très facile de contenter sa conscience en remplissant son caddy de supermarché de produits labélisés BIO, en s’y prenant plutôt bien et en choisissant des marques BIO de distributeurs on peut même ne pas payer beaucoup plus cher.

Tant que des personnes penseront que consommer bio se borne à troquer des produits conventionnels purement et simplement par des produits BIO, on s’en tiendra en effet à une basique campagne verte sans intérêt.

Le BIO c’est une autre façon de consommer et de cuisiner, c’est éviter les produits transformés pour privilégier les produits bruts à cuisiner, c’est consommer moins mais mieux, c’est se poser des questions sur la provenance des aliments, le nombre de kilomètres parcourus, les conditions de travail des producteurs, les conditions d’élevage des animaux, les emballages utilisés, la saisonnalité des produits….

En ce qui concerne l’élevage justement, j’ai failli tomber de ma chaise en lisant un article de Nadine Herzog sur Axonpost.com. Le slogan de ce site est « Il faut toujours se méfier des consensus et des idées reçues ». Jusque là, ça me va ! Mais en lisant les articles de cette journaliste, je constate qu’il s’agit plutôt de descendre les bienfaits du BIO et de l’écologie sans aucun argument factuel.

Dans cet article cette soit-disante ex obsessionnelle-accro-du-bio, parlant de l’élevage des animaux destinés à la viande sous le label Bio, avance que « le fait qu’ils aient été élevés bio veut tout simplement dire qu’ils ont consommé de la nourriture bio pendant leur croissance, point à la ligne. Ils peuvent très bien avoir été élevés dans des environnements confinés sans jamais voir le soleil, et pourtant, ils sont certifiés bio. Par la suite, ces animaux seront conduits par camions à des centaines de kilomètres vers des abattoirs, et à ce niveau, il n’y a strictement aucune règle qui dicte comment on doit faire de l’abattage bio. ».

Je trouve dommage d’avoir été « obsédée » par le bio et de ne pas s’être renseigné un peu plus sur ce que cela voulait dire ! En l’occurrence l’élevage bio ne se contente pas de donner de la nourriture bio aux animaux ! Le label encadre également les conditions d’élevage, de transport et d’abattage. A ce propos la PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme) s’est attaché à comparer le cahier des charges Bio et Label Rouge en termes de bien-être de l’animal. La PMAF met en avant les avantages, inconvénients et points à améliorer des deux labels. Le consommateur pouvant ainsi agir en connaissance de cause.

Mise à jour du 20/05/2009 : Aprés être retournée voir les commentaires sur Axonpost.com, il s’est avéré que Nadine Herzog vit aux Etats-Unis et là-bas la réglementation sur l’élevage des animaux en agriculture bio est différence. J’ai donc été, à tort, un peu virulante à son égard. Cela nous aura en tout cas permis d’aborder un point important concernant la réglementation Bio en France.





Tours de cuisine

18 05 2009

Tour de cuisine

Si vous êtes sur Paris, voici des cours de cuisine d’un genre nouveau où l’on peut venir préparer ses repas tout en recevant conseils, tours de mains et astuces.

Ma route a croisé celle d’Alexandra Ruegg, créatrice de Tours de Cuisine, lors d’un cours de cuisine à L’atelier des Sens. Comme souvent le concept vient droit des Etats-Unis où il existe depuis plusieurs années et attire des foules de ménagères débutantes ou confirmées, souhaitant transformer un moment utile en un moment agréable et convivial.

Le concept est très simple : Choisissez vos recettes sur Tours de Cuisine.com, réservez et venez cuisiner !

Tours de Cuisine vous attend, seul ou à plusieurs, débutants, amateurs ou passionnés.
Venez cuisiner de délicieuses recettes que vous dégusterez en famille ou entre amis.

Ne faites plus vos courses !
Cuisinez-les directement chez Tours de Cuisine !
Tous à vos casseroles, fouets et fourchettes !

Tours de Cuisine
90, rue de la folie Méricourt 75011 Paris
01 55 28 57 02
09 60 35 19 86
contact@toursdecuisine.com
www.toursdecuisine.com





Les produits de saison de mai

12 05 2009

88471767_5d7836e4c2_m

Au verger

Banane, Cassis, Cerise, Citron, Fraise, Rhubarbe, Tomate

29875433_815c91a61f_m

Au potager

Artichaut, Asperge, Betterave, Blette, Carotte, Chou, Chou-fleur, Concombre, Courgette, Epinard, Fève, Frisée, Haricot, Laitue, Morille, Navet, Oseille, Petit pois, Poireau, Poivrade, Poivron, Pomme de terre, Radis, Scarole

362465704_ff1b2ded5c

Chez le poissonnier

Anguille, Bar, Cabillaud (Elevage Islande et Pacifique) éviter celui provenance d’Atlantique, Carpe (Europe), Crabe (Mer du nord), Daurade (Méditerranée) éviter les autres provenances, Ecrevisse, Hareng  (Mer du nord), Homard, Langouste (Atlantique), Lieu (Atlantique et Pacifique), Limande (Atlantique), Lotte, Perche, Raie, Sandre, Sole, Truite, Turbot (d’Europe)      
                             
**Pas de surpêche (à privilégier)                            ** Espèce en surpêche (à éviter)  

358335776_6aa6ca246d

Chez le boucher

Agneau, Pintade, Sanglier, Veau

1447037020_5d8849f686

Chez le crémier

Beaufort, Brie, Broccio, Camembert, Chabichou, Coulommiers, Dauphin, Epoisses, Langres, Livarot, Mimolette, Neuchâtel, Pouligny-Saint-Pierre, Pyrénées, Roquefort, Salers, Selles-sur-Cher, Tomme de Belley

Un livre de saison

Courgettes, recettes gourmandes

Gratinée, farcie, sautée ou mixée, cuite ou crue… La courgette offre de nombreuses façons de la cuisiner. A travers ces 30 recettes illustrées, découvrez toutes les saveurs de ce fruit communément utilisé comme un légume. D’ailleurs le livre termine sur une recette de cake choco-courgettes, histoire de se rappeler de ses origines !

Sylvie  Aït-Ali est l’auteur du blog Amuses bouche. Visitez son blog et vous comprendrez tout de suite que Sylvie est également passionnée de photos. Ces recettes sont magnifiques et le résultat est toujours esthétique. De l’écriture sur un blog à la création d’un livre de cuisine, il n’y a qu’un pas…que Sylvie a franchi avec succès !

 

Pourquoi privilégier les produits de saison ?

Les produits cultivés hors saison proviennent bien souvent de pays lointain. Les couts de transport importants engendrent des prix de vente élevés ; la pollution générée par les milliers de kilomètres parcourus augmente l’effet de serre. Sans compter les produits chimiques ajoutés pour que les « produits tiennent la route ».

Des produits hors saison fabriqués localement ne sont pas mieux pour autant car si les produits sont cultivés sous serre, il faut bien souvent chauffer la serre pour compenser le manque de chaleur et bien souvent les produits ont moins de gout car cultivés hors sol.

Cela ne concerne pas que les fruits et légumes. Les poissons, viandes et fromages ont aussi des saisons en fonction des naissances et reproductions, des cycles de pêches, de la maturité des fromages.

Manger des produits de saison c’est l’occasion de varier les plaisirs tout au long de l’année, de manger des produits plus savoureux car vendus à maturité, de profiter de prix moins élevés.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut devenir chauvin et boycotter les produits d’outre mer que notre climat ne permet pas de cultiver. Il serait bien dommage de se passer des fruits exotiques, des épices, du café, du cacao…Cette diversité permet de mieux connaître et d’échanger avec d’autres cultures. Dans ce cas il est préférable de consommer des produits du commerce équitable qui garantissent un niveau de vie correcte et des conditions de travail descentes pour les petits producteurs.

Tous les mois, je ferai donc un petit rappel des produits de la saison en cours.

Voir les produits de saison d’avril

Photos : Christine (bpc), LeChatMachine, Yandle, Joyoflife, 9320052N05