La fraise française fait le printemps !

17 04 2009

fraise_gros_planLes fraises de printemps représentent la moitié de la production française. Avec la Pajaro, la Ciflorette, la Cigaline et la Darselect, il n’y a que l’embarras du choix !

La vente de ses variétés progresse face aux fraises espagnoles mais ces dernières représentent toujours plus de 75% de notre consommation !

Elles sont si différentes et si gouteuses que lorsqu’on les a testées on ne peut que délaisser les fraises espagnoles fades et insipides. Même si ces dernières sont d’un rouge intense, ne vous fiez pas à leur couleur, les Cigalines par exemple sont plus pâlottes et orangées et pourtant elles sont bien plus sucrées et juteuses.

J’ai découvert récemment les Cigalines de la marque « Rougeline ». Cette marque regroupe 150 producteurs du sud de la France (Marmande, Perpignan, Provence) désireux de promouvoir la fraise française.

Je n’ai pas été déçue par ces petites fraises (mes premières de l’année !). Il n’y a pas besoin de rajouter de sucre. Nature avec quelques feuilles de menthes ou de basilic et vous sentez le soleil de Provence vous caressez la joue !

Les périodes de production

production-fraises

Quelques idées pour déguster ces jolies petites fraises :

Risotto aux fraises et lait de coco, verveine ciselée
Sucettes de fraises au chocolat
Poires farcies au chutney de fraise et magret de canard

** Autres articles sur ce blog au sujet la fraise **

L’impact écologique de la fraise hors saison
La fraise d’hiver nous envahit !
Ras la fraise !

Publicités




Les apprentis écolos et la fraise

24 03 2009

Aprés mon petit coup de g….e sur les fraises d’hiver, j’en remet une couche avec Les apprentis Z’écolos. Découvrez l’impact écologique de la fraise hors saison avec la famille d’apprentis Z’écolos, dans la série animée la plus verte du monde.A diffuser le plus largement possible pour que les consommateurs prennent conscience.

les-apprentis-zecolos-et-la-fraise1





Découverte du thé

10 03 2009

Instants Nature, de Nature et Découvertes, propose des balades, conférences, visites, ateliers à des prix modestes. Par ce biais, j’ai découvert Sylvette de Guyenro qui a fondé Couleur Orient, une association dont le but est de faire connaitre le thé en France. Plus spécialement les thés de Chine et de Taiwan, seuls pays à produire les 6 couleurs de thé.

Sylvette de Guyenro a découvert le thé au cours d’un voyage à Taiwan et s’est intéressée à cet univers fascinant du thé qui est encore très peu connu en France. Elle s’est initiée aux subtilités des différents thés chinois par une des meilleures spécialistes des thés de Chine en France : Nadia Bécaud.

Le 7 mars, avait lieu à la maison des associations de 14e arrondissement un atelier sur la découverte du thé et de ses 6 couleurs : blanc, vert, jaune, bleu-vert, rouge et noir.

Cela fait presque 2 ans maintenant que je ne bois plus de café et que je consomme que du thé ou des infusions. Je souhaitais en savoir plus sur cette boisson millénaire tant réputée et comportant tant de variétés.

theLors de cet atelier, nous avons appris à connaitre les différentes variétés de thé, les étapes de fabrication et les méthodes de travail des feuilles et des bourgeons de thé, les temps d’infusion, la température de l’eau…Pour finir, nous avons dégusté un thé wulong de la province Fujian, la 1e région productrice (1/5e de la production chinoise). Nous dégusté le même thé infusé 7 fois de suite (ce qui est la manière traditionnelle de boire le thé wu long). C’est une manière très intéressante de boire du thé. Chaque infusion a un goût bien différent : corsé au début, puis plus doux, différents goûts de fruits se succèdent…c’est très surprenant !

Couleur Orient organise différents ateliers aux cours desquels l’on peut découvrir et acheter du thé et des accessoires à des prix intéressants.

Chaque année, Sylvette retourne à Taiwan pour rencontrer des producteurs, visiter leurs jardins de thé et goûter leurs thés de printemps. Elle en profite également pour visiter des potiers et des artisans spécialisés dans les accessoires pour le thé.

Elle part d’ailleurs courant mars et proposera courant mai une séance dégustation et ses dernières trouvailles…à ne pas manquer !





L’oursin, un met de choix

30 12 2008

L’oursin est un produit rare et la législation sur sa pêche est très stricte. Des contrôles sont donc menés par les Affaires maritimes.  La pêche est interdite entre mai et octobre (période de reproduction).

loursin-un-met-de-choix

Votez pour cet article





Les macarons, une douceur aux milles et un arômes

29 12 2008

Les macarons sont à la mode. Des macarons classiques au chocolat ou à la pistache, à d’autres aux goûts plus surprenants sucrés/salés, la diversité des couleurs et des saveurs séduisent les gourmands.

macaronsVotez pour cet article





C’est la saison des clémentines Corses

27 12 2008

Les clémentines sont de retour sur les tables. Des petites boules oranges qui parfument et sucrent les desserts. En corse, c’est justement la saison des clémentines, un produit du terroir. Chaque année, 20 000 tonnes de clémentines sont produites en Corse.

clementines-corses

Votez pour cet article





Du déca à l’eau

19 12 2008

malongo-deca-aquaEn cherchant le cadeau de noel de mon homme (chut, c’est une surprise !) j’ai assisté à une démonstration de la nouvelle cafetière Oh Expresso de Malongo. Moi qui suis plus thé que café, l’ex-ce-llent représentant à réussit à me faire boire du café NON sucré (ce qui a toujours été impossible pour moi) et à me surprendre en le trouvant bon !

Ceci mis à part, au cours de ce « coffee-show », nous apprenons que que le café décaféiné est bourré de produits chimiques. Ah bon ? Oui Madame, les industriels utilisent des solvants chlorés pour extraire la caféine. Ah vla aut’chose!
Heureusement, Malongo, torréfacteur de cafés haut de gamme, présent sur le terrain du commerce équitable avant que cela devienne un effet de mode, lance la gamme DECA AQUA, café décaféiné uniquement à l’eau. Un procédé beaucoup plus long (plusieurs jours sont nécessaires) que le procédé standard utilisant des solvants (nécessitant seulement 30 minutes).

La méthode « chimique » consiste à utiliser du dichlorure de méthane. Les grains de café crus sont humidifiés à l’eau et sont ensuite trempés pendant une demi-heure dans le produit d’extraction. La caféine se dissout et les grains sont ensuite lavés à la vapeur pour éliminer les résidus du produit dissolvant. Outre le risque de contenir des résidus chimiques, les grains ainsi traités perdent de leur arôme.

La méthode « naturelle » consiste utiliser de l’eau pour dissoudre la caféine. L’eau contenant la caféine est ensuite filtrée dans un lit de carbone actif qui absorbe la caféine. Ce procédé préserve tout l’arôme du café.

Il existe également trois variétés de café naturellement décaféiné (récemment découverts) qui contiennent 15 fois moins de caféine que les grains normaux. Cette découverte a été faite il y a quelques années et ces variétés ne semblent pas se commercialiser pour le moment.

Nul doute que Malongo n’est pas le seul à produire du café décaféiné naturel, d’ailleurs en cherchant un peu sur la toile on trouve trés vite d’autres marques. Reste à comparer le goût…et les prix.

Source : http://atchimiebiologie.free.fr/cafe/cafe