Se méfier du bio….et surtout des idées reçues !

19 05 2009

Le marché du bio est porteur et progresse de 10% chaque année.

De quoi en énerver certains qui s’évertuent à penser que le BIO n’est qu’une campagne marketing rondement menée par des industriels avides et sans scrupules.

Certes il est très facile de contenter sa conscience en remplissant son caddy de supermarché de produits labélisés BIO, en s’y prenant plutôt bien et en choisissant des marques BIO de distributeurs on peut même ne pas payer beaucoup plus cher.

Tant que des personnes penseront que consommer bio se borne à troquer des produits conventionnels purement et simplement par des produits BIO, on s’en tiendra en effet à une basique campagne verte sans intérêt.

Le BIO c’est une autre façon de consommer et de cuisiner, c’est éviter les produits transformés pour privilégier les produits bruts à cuisiner, c’est consommer moins mais mieux, c’est se poser des questions sur la provenance des aliments, le nombre de kilomètres parcourus, les conditions de travail des producteurs, les conditions d’élevage des animaux, les emballages utilisés, la saisonnalité des produits….

En ce qui concerne l’élevage justement, j’ai failli tomber de ma chaise en lisant un article de Nadine Herzog sur Axonpost.com. Le slogan de ce site est « Il faut toujours se méfier des consensus et des idées reçues ». Jusque là, ça me va ! Mais en lisant les articles de cette journaliste, je constate qu’il s’agit plutôt de descendre les bienfaits du BIO et de l’écologie sans aucun argument factuel.

Dans cet article cette soit-disante ex obsessionnelle-accro-du-bio, parlant de l’élevage des animaux destinés à la viande sous le label Bio, avance que « le fait qu’ils aient été élevés bio veut tout simplement dire qu’ils ont consommé de la nourriture bio pendant leur croissance, point à la ligne. Ils peuvent très bien avoir été élevés dans des environnements confinés sans jamais voir le soleil, et pourtant, ils sont certifiés bio. Par la suite, ces animaux seront conduits par camions à des centaines de kilomètres vers des abattoirs, et à ce niveau, il n’y a strictement aucune règle qui dicte comment on doit faire de l’abattage bio. ».

Je trouve dommage d’avoir été « obsédée » par le bio et de ne pas s’être renseigné un peu plus sur ce que cela voulait dire ! En l’occurrence l’élevage bio ne se contente pas de donner de la nourriture bio aux animaux ! Le label encadre également les conditions d’élevage, de transport et d’abattage. A ce propos la PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme) s’est attaché à comparer le cahier des charges Bio et Label Rouge en termes de bien-être de l’animal. La PMAF met en avant les avantages, inconvénients et points à améliorer des deux labels. Le consommateur pouvant ainsi agir en connaissance de cause.

Mise à jour du 20/05/2009 : Aprés être retournée voir les commentaires sur Axonpost.com, il s’est avéré que Nadine Herzog vit aux Etats-Unis et là-bas la réglementation sur l’élevage des animaux en agriculture bio est différence. J’ai donc été, à tort, un peu virulante à son égard. Cela nous aura en tout cas permis d’aborder un point important concernant la réglementation Bio en France.

Publicités




Le guide des meilleurs aliments bio

12 09 2008

Laurence Wittner, est journaliste indépendante et auteur de nombreux ouvrages trés intéressants comme :

« Le bio est tendance, mais tout ce qui est bio est-il bon ? Pour la santé, pour le palais, pour le porte monnaie ? »

Pour réponde à cette question Laurence a réuni les avis d’un jury d’experts : Caroline Arnaud, présidente du Comité national de la Gastronomie, Jean-Paul Curtay, médecin nutritionniste et Marie-Véronique Jeannin, avocate spécialiste en droit de l’alimentation.

366 aliments biologiques de 103 marques différentes ont été testés et notés pour établir un classement des meilleurs produits dans 25 catégories.


Les critères d’évaluation :

– Le rapport qualité/prix,
– La conformité de l’étiquetage,
– La qualité,
– La praticité et le caractère écologique de l’emballage,
– L’intérêt nutritionnel pour la santé, le goût et la saveur.

Le constat est assez étonnant : les notes vont de 4 à 17/20 pour le critère de dégustation (89 articles n’obteniennt pas la moyenne) et 27 ont été éliminés pour leur manque d’intérêt pour la santé. Contrairement aux idées reçues les marques distributeurs sont trés bien placées et représentent plus de la moitié des premières places.

De plus, les marques de distributeurs les plus récemment arrivées sur le marché, obtiennent les meilleurs résultats. Plus de la moitié des premières places sont occupées par leurs produits.

A lire de toute urgence avant de faire vos courses !





Mon panier bio

16 08 2008

Mon panier bio est un annuaire proposant de mettre en relation les distributeurs de fruits et légumes bio en France. Avec mon-panier-bio.com vous découvrirez un moyen très simple de vous procurer un panier bio de fruits et légumes frais, de saisons, cultivés par des producteurs de proximité et sans OGM !

Les distributeurs possédant un site internet sont classés par régions et départements. Vous choisissez le plus proche de chez vous et vous êtes livré d’un panier de fruits et légumes biologique chaque semaine sur un point relais, sur votre lieu de travail ou dans certains cas à domicile.

Le panier bio garanti également une consommation de produits locaux et de saison, évitant d’acheter des fruits et légumes qui auraient fait des milliers de kilomètres avant d’atterrir dans votre assiette…

Vous aurez le plaisir de redécouvrir des fruits et légumes que vous n’aviez plus l’habitude d’acheter… Pour vous aider, Mon panier bio propose une rubrique : les recettes de mon panier bio où l’on peut y découvrir par exemple la recette de Croquettes de Blettes ou du Velouté glacé de courgettes au curry.

Pour en savoir plus : le blog du panier bio

Panier bio sur Facebook

A lire aussi : 5 fruits et légumes par jour, mais à quel prix ?

Les champs libre-service