Oh légumes oubliés !

23 06 2008

Connaissez-vous la quiche aux orties, la confiture de Potimarron ou la compotée de nèfles aux coings? A quelques kilomètres de Bordeaux, Bernard Lafon propose depuis 1977 de redécouvrir les légumes oubliés sur son exploitation de 18 hectares.

Après les conserves d’ortie et d’oseille au naturel, puis les condiments au vinaigre, Bernard Lafon nous mitonne des soupes, puis des gaspachos de légumes d’été. Il propose aussi des confits d’oignon, de piment, des moutardes aromatisées aux herbes et aux légumes, en petits conditionnements. Sans oublier les confitures originales, de nèfles, de physalis, de fleurs de sureau, etc. Lire la suite »





Du vin à la française dans l’Oregon

14 06 2008

Le domaine Drouhin créé en 1880 est une entreprise familiale implantée à Beaune qui exporte sa production dans plus de 70 pays. Aprés une centaine d’année d’excellence en France, la maison Drouhin croit en l’émergence des vins étrangers et décide de s’installer dans l’Oregon (Etats-Unis) en 1987, qui se situe sur la même latitude que la Bourgogne. La famille reçoit un accueil chaleureux de la part des américains qui prennent plaisir à visiter le domaine et à devenir membre du Wine Club.

De la Floride à San Francisco la famille Drouhin se transforme en ambassadeur du bon gout à la française dans les salons et festivals tel que le South Beach Wine and Food Festival. Les membres de la famille sont considérés comme des stars outre-mer et on leur demande même de signer les bouteilles !

En 1985, la maison Drouhin a racheté la société Dreyfus Ashby, importateur de vins et spiriteux. En 2007, le chiffre d’affaires de l’entreprise familiale a atteint les 30 millions d’euros (dont 80% à l’exportation) !

Voilà un bel exemple du rêve américain !

Photo : Flickr.com




Le Camembert de Normandie perd du terrain

12 06 2008

Le 4 juin dernier, l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) a approuvé la révision du cahier des charges de l’appellation d’origine protégée (AOP) « Camembert de Normandie ». Le projet du cahier des charges sera soumis au gouvernement pour être homologué. Il propose que la zone géographique de l’appellation soit réduite de moitié par rapport à l’aire initiale, soit 1 678 communes au lieu de 3 234. La méthode est aussi au cœur des évolutions de ce cahier des charges avec notamment la mise en œuvre de pratiques comme le pâturage obligatoire pendant 6 mois, la mise à disposition de foin le reste de l’année et l’augmentation de la part de la race normande dans la production de lait.

A lire aussi : le camembert résiste !
En savoir plus :
www.inao.gouv.fr





Le marché des enfants rouges

11 06 2008

Un bien drôle de nom pour un marché ! On ne peut oublier ce marché, tant par son nom que son dépaysement.

Situé dans le 3e arrondissement de Paris, ce marché date de 1777 et doit son nom à l’ancien orphelinat dont les enfants portaient une cape rouge pour ne pas être confondus avec les autres enfants du quartier. Aujourd’hui le plus vieux marché de la capitale, il a été menacé de démolition en 1994. Pour le sauver un millier d’habitants se regroupent en GIE (groupement d’intérêt économique) et rachètent les parts fixées à 250 francs chacune pour une location d’une durée de neuf ans.

Pourtant assez petit (une vingtaine de commerçants) ce marché mérite le détour et promet un voyage au pays des saveurs entre traiteur marocain, épicerie de produits d’italie, et produits bio français.

Nous aurions aimé nous atabler à l’Estaminet, mais ce dernier était investié par une fête familiale. Ce bar à vins est réputé pour faire découvrir des vins surprenants, des vins « nature », sans soufre ni produits chimiques.

Au délà du marché, la rue de Bretagne est un enchantement tant les petites boutiques se succèdent pour le plaisir gustatif des parisiens. Les Comptoirs Richard, au début de la rue, à l’angle de la rue de Beauce, est une trés jolie boutique où l’on peut trouver les meilleurs crus de cafés, les meilleurs thé, cafés, chocolats, tisanes ainsi que de trés belles cafetières, théières, chocolatières, des verres, tasses, des plus simples aux plus sophistiqués.

La Marée Du Marais, une poissonnerie d’une entreprise familiale qui détient 2 boutiques dans Paris, et livre dans tout Paris. Un joli fleuriste, Happy, qui orne sa devanture de jolis bouquets à offrir dans des boites à gateaux (surprise!). Plusieurs artisans boulangeries qui redonnent au pain ses lettres de noblesse et oû les gateaux sont des oeuvres d’arts. Des fromagers, des cavistes, des boucheries, des traiteurs…brefs tout ce qu’il faut pour faire plaisir à ses papilles !

Le Marchés des Enfants Rouges est ouvert :
Le mardi, mercredi & jeudi de 9h00 à 14h00 et de 16h00 à 20h00
Le vendredi & samedi de 9h00 à 20h00
Le dimanche de 9h00 à 14h00
Il se situe :
30, Rue de Bretagne
75003 Paris





Les produits de saison (juin)

9 06 2008

Pourquoi privilégier les produits de saison ?

Les produits cultivés hors saison proviennent bien souvent de pays lointain. Les couts de transport importants engendrent des prix de vente élevés ; la pollution générée par les milliers de kilomètres parcourus augmente l’effet de serre. Sans compter les produits chimiques ajoutés pour que les « produits tiennent la route ».

Des produits hors saison fabriqués localement ne sont pas mieux pour autant car si les produits sont cultivés sous serre, il faut bien souvent chauffer la serre pour compenser le manque de chaleur et bien souvent les produits ont moins de gout car cultivés hors sol.

Cela ne concerne pas que les fruits et légumes. Les poissons, viandes et fromages ont aussi des saisons en fonction des naissances et reproductions, des cycles de pêches, de la maturité des fromages.

Manger des produits de saison c’est l’occasion de varier les plaisirs tout au long de l’année, de manger des produits plus savoureux car vendus à maturité, de profiter de prix moins élevés.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut devenir chauvin et boycotter les produits d’outre mer que notre climat ne permet pas de cultiver. Il serait bien dommage de se passer des fruits exotiques, des épices, du café, du cacao…Cette diversité permettent de mieux connaître et d’échanger avec d’autres cultures. Dans ce cas il est préférable de consommer des produits du commerce équitable qui garantissent un niveau de vie correcte et des conditions de travail descentes pour les petits producteurs.

Tous les mois, je ferai donc un petit rappel des produits de la saison en cours.

88471767_5d7836e4c2_m

Au verger

Abricot, Amande, Cassis, Cerise, Figue, Fraise, Framboise, Groseille, Melon, Menthe, Mûre, Pastèque, Tomate

29875433_815c91a61f_m

Au potager

Asperge, Aubergine, Betterave, Carotte, Cèpe, Chou_fleur, Concombre, Courgette, Epinard, Fenouil, Fève, Girolle, Haricot vert, Navet, Petit pois, Radis, Salade

362465704_ff1b2ded5c

Chez le poissonnier

Anguille, Bar, Crabe, Daurade, Ecrevisse, Hareng, Homard, Langouste, Lotte, Merlan, Perche, Raie, Sandre, Sole, Thon, Truite, Turbot

358335776_6aa6ca246d

Chez le boucher

Agneau, Canard, Lapin, Pintade, Poule, Poulet, Sanglier, Veau

1447037020_5d8849f686

Chez le crémier

Beaufort, Bleu d’auvergne, Bleu de Gex, Bleu des Causses, Brie, Broccio, Camembert, Cantal, Chabichou, Epoisses, Mimolette, Pont-l’évêque, Pouligny Saint Pierre, Roquefort, Salers, Tomme

Voir les produits de saison de mai

Photos : Christine (bpc), LeChatMachine, Yandle, Joyoflife, 9320052N05





Soutenir le vin sur internet

3 06 2008

La régie publicitaire de Microsoft (MSN, live search, etc…) cesse définitivement la diffusion de « publicité promouvant et/ou facilitant la vente d’alcool » sur Internet, interrompant ses contrats avec les acteurs de la filière (distributeurs, cavistes en ligne, vignerons…). Si Google et Yahoo imitent Microsoft comment les vignerons et les vendeurs de vins pourront-ils assurer leur promotion sur le web?

L’heure est grave car la liberté rédactionnelle et l’existence même du secteur du vin sur Internet sont menacées. Internet ne fait pas partie des supports d’information autorisées (comme la presse) à diffuser des messages publicitaires ayant trait à l’alcool (Article L3323-2).

Il ne s’agit pas que de publicité au sens stricte, mais de la promotion au sens général. Donner une appréciation sur la qualité d’un vin revient à en faire la publicité.

Si vous souhaitez qu’internet demeure un espace de liberté d’expression, signez la pétition pour demander la modernisation de la loi Evin et ajouter internet à la liste des médias autorisés.

Pour mieux comprendre ce que défend cette pétition, regardez la vidéo.